Navigation : home Accueil du site > Recherche documentaire > Maladies orphelines

Maladies orphelines

ECN - Module 1 (Apprentissage de la médecine) - Item 12

Mise à jour le 19 juillet 2020, par Thierry Hannedouche, Temps de lecture estimé : 8 min.
 
Notez cet article :
0 vote

 
Print Friendly and PDF

La recherche d’informations sur les maladies rares, encore appelées maladies orphelines, a été considérablement facilitée par la mutualisation à l’échelon international, la création de consortium internationaux et enfin à l’accès libre à des espaces internet spécifiques destinés à la fois aux patients et aux professionnels de santé.

Les principales sources d’information dans ce domaine sont Orphanet, consortium européen et accessible en Français et OMIM, plus spécifiquement consacré aux maladies génétiques, soutenu par la NLM aux Etats-Unis et en anglais.

1. Définitions

Les maladies rares ou "orphelines"

Les maladies rares sont qualifiées comme telles parce qu’elles touchent chacune peu de personnes par rapport à la population générale. En Europe, le seuil admis est d’une personne atteinte sur 2 000, soit pour la France moins de 30 000 personnes atteintes de la même maladie.

Cette définition est contextuelle, certaines maladies peuvent être rares en France ou en Europe mais ne pas avoir ce statut ailleurs. Ainsi, la lèpre est une maladie rare en France mais fréquente en Afrique centrale. De la même manière, l’anomalie génétique à l’origine de la thalassémie est rare dans le Nord de l’Europe mais fréquente autour de la Méditerranée.

Les maladies orphelines sont les maladies pour lesquelles il n’existe ni traitement ni recherche. Les deux termes "rares" et "orphelines" sont souvent utilisées indifféremment.
La très grande majorité de ces maladies (au moins 80 %) a une origine génétique. Les autres sont plus rarement des maladies infectieuses ou des maladies auto-immunes (mais pour lesquelles un terrain génétique est possible).

Il existerait entre 6 000 et 8 000 maladies génétiques selon l’Organisation mondiale de la santé. Certaines de ces maladies touchent des milliers de personnes, mais la plupart ne concernent qu’une centaine de patients. On peut ainsi citer à titre d’exemple (pour la France) :

  • 5 000 malades suivis pour drépanocytose ;
  • 8 000 malades atteints de sclérose latérale amyotrophique ;
  • 5 000 à 6 000 malades atteints de mucoviscidose ;
  • mais seulement quelques cas de vieillissement prématuré (progeria), de maladie de l’homme de pierre (myosite ossifiante progressive) ou de maladie des os de verre (ostéogénèse imparfaite).

Les médicaments "orphelins"

Les "médicaments orphelins" sont des médicaments utilisés pour le diagnostic, la prévention ou le traitement de maladies létales ou très graves qui sont rares ("maladies orphelines").

Ces médicaments sont dits « orphelins » parce que l’industrie pharmaceutique n’a que peu d’intérêt dans les conditions de marché habituelles à développer et à commercialiser des produits destinés uniquement à un nombre restreint de patients atteints de symptômes très rares. Pour les entreprises pharmaceutiques, le coût de mise sur le marché d’un produit préconisé dans une maladie rare ne serait pas couvert par les ventes attendues sur ce marché.

Le terme est apparu aux Etats-Unis dans le Orphan Drug Act de 1983
 [1].

Le concept a atteint l’Europe en 1999 avec l’adoption par le Parlement européen du Règlement sur les médicaments orphelins.

L’objectif du règlement européen sur les médicaments orphelins est clairement exprimé dans l’article 1 :
« établir une procédure communautaire pour la désignation de médicaments en tant que médicaments orphelins et offrir des incitations pour la recherche, l’élaboration et la mise sur le marché de médicaments orphelins désignés comme tels. »

  • L’une des incitations principales incluse dans la loi pour l’élaboration des médicaments orphelins est l’exclusivité commerciale pour une période de 10 ans après l’attribution de l’autorisation de mise sur le marché. Durant cette période, des produits similaires directement concurrents ne peuvent pas être commercialisés. Cette exclusivité est un avantage concurrentiel conséquent dont ne peuvent pas bénéficier les médicaments courants.
  • Les coûts sont réduits pour toutes les étapes de la procédure centralisée de mise sur le marché à L’Agence européenne du médicament (EMEA).

Afin de pouvoir obtenir ces avantages économiques, un médicament doit remplir certains critères qui lui permettent ensuite d’être désigné comme « orphelin ». Cette procédure est appélée « désignation » et c’est le rôle du Comité pour les Médicaments Orphelins (COMP) de décider si oui ou non un médicament peut recevoir l’appellation d’ « orpheline »
 [2].

La première étape dans l’élaboration de n’importe quel médicament orphelin est d’obtenir l’appellation de médicament orphelin (OMP). L’appellation « médicament orphelin » attribue un statut « orphelin » basé sur un nombre défini de critères qui peuvent être résumés ainsi :

  • Le produit doit avoir une utilisation pour une indication concernant pas plus de 5 personnes sur 10 000 au sein de la Communauté européenne.
  • La maladie en question doit être létale, gravement invalidante ou une maladie grave et chronique.
  • Il ne doit pas exister de méthode satisfaisante de diagnostic, de prévention ou de traitement de la maladie en question qui ait été autorisé par la Communauté européenne ou, si une telle méthode existe, alors le médicament orphelin doit apporter un bénéfice significatif par rapport à celui exitant déjà.


2. Orphanet

Les Missions

Orphanet est un serveur d’information sur les maladies rares et les médicaments orphelins, pour tous publics. Son but est de contribuer à améliorer le diagnostic, la prise en charge et le traitement des maladies rares.

Orphanet est constitué d’une encyclopédie en ligne écrite par des experts européens et d’un répertoire des services à destination des malades et des professionnels. Ce répertoire inclut des informations sur les consultations spécialisées, les laboratoires de diagnostic, les projets de recherche en cours et les associations de malades.

Orphanet est mené par un consortium européen coordonné par l’équipe française. A l’heure actuelle, les équipes nationales participantes sont situées dans 34 pays européens dont la France.

Les services d’Orphanet

Orphanet offre des services à toutes les personnes concernées : malades et familles, professionnels de santé, chercheurs, industriels, gestionnaires et décideurs politiques

L’encyclopédie des maladies rares est constituée d’articles de synthèse sur les maladies rares, écrits par les meilleurs experts et revus par un Comité éditorial. Le bureau éditorial est situé à Paris. Tous les articles sont rédigés en anglais et les résumés sont progressivement traduits pour être disponibles dans les 6 langues du site : anglais, français, italien, espagnol, allemand et portugais.

L’annuaire des services contient des informations sur les consultations spécialisées, les laboratoires de diagnostic, les projets de recherche, les registres, les essais cliniques et les associations de malades en lien avec les maladies rares dans les pays partenaires.

Le service d’aide au diagnostic permet la recherche par signes cliniques. Il n’est actuellement fonctionnel que pour les syndromes liés à une anomalie du développement (2300 syndromes).

La recherche par maladie est un service qui permet d’obtenir de l’information sur les maladies rares, les consultations spécialisées, les laboratoires de diagnostic, les projets de recherche en cours, les associations de malades et les autres sites web dans le monde. Les informations sur les services ne concernent que la France pour l’instant. La collecte des données est en cours en Allemagne, Belgique, Italie et Suisse.

La recherche par signe est un service conçu comme une aide au diagnostic différentiel des syndromes dysmorphiques. Il est basé sur un algorithme simple qui trie les diagnostics possibles à partir des mots-clés sélectionnés pour décrire le patient, en accordant à tous le même poids. Ce n’est pas un système de diagnostic automatique.

La base de données des médicaments orphelins contient de l’information sur les médicaments orphelins ayant une autorisation de mise sur le marché en Europe, aux USA, au Japon et en Australie. Tous les médicaments qui sont cités sont ceux qui ont un statut de médicament orphelin ou qui sont très spécifiques d’une maladie rare.

OrphanXchange est un service de mise en relation des chercheurs et des industriels pour les aider à développer des solutions diagnostiques et thérapeutiques dans le domaine des maladies rares.

OrphaNews Europe est la lettre d’information mensuelle de la Task Force Maladies Rares de la Commission Européenne. Chaque mois elle présente un aperçu des actualités récentes sur les maladies rares et les médicaments orphelins en Europe : recherche, politique européenne, nationale et internationale, autorisations de mise sur le marché des médicaments, veille épidemiologique, financement de projets, actualité des associations de patients, colloques...

OrphaNews France est la newsletter d’Orphanet. Elle est distribuée électroniquement et gratuitement tous les 15 jours à tous ceux qui s’inscrivent. Elle diffuse des informations scientifiques et politiques sur les maladies rares.

Le service de soumission de candidature pour participer à une recherche clinique est ouvert à toutes les personnes malades qui le souhaitent. Il permet aux personnes volontaires pour participer à une recherche clinique de laisser leurs coordonnées afin d’être contactées dès qu’une recherche se met en place.

Question à Orphanet est un service qui permet de se faire aider lorsque l’on ne trouve pas l’information que l’on cherche. Dans la mesure du possible, une réponse est apportée dans les deux jours. Si la réponse nécessite une recherche documentaire inhabituelle, l’expéditeur du message est prévenu des délais supplémentaires, de l’impossibilité de répondre à sa question ou des conditions spéciales du service à rendre.

Le financement d’Orphanet

Orphanet a été créé en 1997 par la Direction Générale de la Santé et l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale). Ces deux structures financent depuis lors l’activité centrale d’Orphanet.

La Commission Européenne finance l’encyclopédie en langue anglaise et la collecte de l’information dans les autres pays européens depuis 2000.

Orphanet a établi un partenariat formel avec plusieurs organisations :

  • L’AFM (Agence Française contre les Myopathies) soutient financièrement la production de la lettre d’information OrphaNews.
  • L’UNCAM (Union des Caisses d’Assurance Maladie) soutient financièrement la production de l’Annuaire des Maladies Rares.
  • Le LEEM (Les Entreprises du Médicament) soutient financièrement la mise à disposition de l’information sur les médicaments orphelins et le développement de la base de données OrphanXchange.
  • La Fondation d’entreprise ’Groupama pour la santé’ soutient financièrement la mise à disposition d’outils et de services pour la création de sites internet par les associations de malades.

Les partenariats d’Orphanet

Orphanet et EuroGenTest ont uni leurs forces pour gérer l’information sur les tests génétiques. EuroGenTest est un réseau d’excellence financé par la Commission Européenne au sein du 6ème programme cadre de la DG Recherche.

Orphanet a établi un partenariat avec EURORDIS, qui est un regroupemement d’associations de malades au niveau européen.
De même, une collaboration formelle a été mise en place avec EUROCAT, réseau de registres sur les malformations congénitales.

De plus, Orphanet a établi plusieurs conventions de partenariat au niveau national. Elles sont décrites sur les sites internet nationaux.

Les utilisateurs d’Orphanet

Les statistiques d’utilisation du site sont disponibles. L’analyse des visiteurs du site actuel montre que 33% sont des médecins, 18% d’autres professionnels de la santé, 33% sont des malades ou leur entourage, les autres visiteurs étant des enseignants, des étudiants, des journalistes, des industriels ou de simples curieux.

3. OMIM

OMIM est l’acronyme de Online Mandelian Inheritance in Man.
Cette banque de donnée médicale est donc restreinte au champs des maladies génétiques rares.

Son fonctionement détaillé sort du champs de l’ECN et ne sera pas abordé ici. Les lecteurs les plus curieux sont invités à se rendre directement sur le site OMIM où un mode d’emploi exhaustif est mis en ligne (Attention tout est en anglais !).

 

Notes

[1Selon cet acte, une maladie orpheline est (A) soit une maladie touche moins de 200 000 personnes sur leur territoire, (B) soit une maladie touche plus de 200 000 personnes sur leur territoire, et pour laquelle il est improbable que le coût de la mise au point et de la fabrication aux Etats-Unis d’un médicament contre cet état ou de cette maladie soit récupéré par les ventes aux Etats-Unis de ce médicament. Cet acte a été adopté comme une sous-clause de la FDA (Food and Drug Administration). Développer un médicament pour de si petits groupes serait un non-sens du point de vue financier. Dès lors, le développement de médicaments pour de telles maladies est "récompensé" par des baisses d’impôts et le monopole pour le médicament en question durant un temps limité (sept ans). Sous cette promesse, divers médicaments ont été développés, y compris des médicaments traitant le SIDA, la mucoviscidose, et le venin de serpent.

[2Des informations détaillées sur le Règlement sur les Médicaments orphelins (Règlement de la Communauté Européenne n°141/2000), adopté par le Parlement européen le 16 décembre 1999 et publié en janvier 2000, sont disponibles sur le site de L’Agence européenne du médicament (EMEA).